< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

affûteur / affûteuse

L'affûteur est responsable des outils de coupe d'une scierie. Au quotidien, il entretient, prépare, répare et contrôle l'état des lames de scies et rabots dont dépend la qualité des sciages. Il occupe un poste indispensable dans la scierie.

  • mecanicien-ne-affuteur-euse
  • Niveau minimum d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1555 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Technicien/ne affûteur/euse en scierie,
    Technicien/ne de maintenance en scierie
  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Filière bois

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je suis branché high tech,
    Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Nature du travail

Entretenir les outils

Scies circulaires, à ruban, alternatives, couteaux pour broyeurs, rabots... l'affûteur entretient et répare toutes les lames de l'atelier. Pour cela, il prend en compte les caractéristiques des bois à scier. Les lames sont préparées différemment en fonction du type de bois et de sa dureté ; les profils de denture varient selon que l'on débite des résineux ou des feuillus. C'est un travail minutieux. Les lames doivent être réaffûtées régulièrement à quelques heures d'intervalle.

Prévenir les incidents

L'affûteur commence par regarder la lame pour repérer une éventuelle bosse ou une dent abîmée. Il réalise ensuite diverses opérations : le planage (martelage de la lame), le tensionnage (pour rendre rigide une lame), le dressage (pour maintenir le dos d'une lame droit), l'avoyage (l'inclinaison de la denture) et l'affûtage.

Maîtriser les technologies

L'affûteur traque les signes de faiblesse des outils de coupe, de plus en plus automatisés, optimise le réglage des machines et intervient avant que les lames ne s'abîment. Il utilise différentes machines comme l'affûteuse circulaire sous arrosage d'huile pour empêcher la lame de chauffer. En plus de ses compétences en mécanique, l'affûteur doit savoir utiliser l'outil informatique qui asservit les machines.

Compétences requises

Une grande réactivité

En cas de panne, l'affûteur intervient rapidement et efficacement, pour empêcher l'interruption totale de la chaîne de production. Son attention est en permanence sollicitée. Concentration, précision et sang-froid sont donc des qualités essentielles pour l'exercice de cette profession.

De multiples connaissances

En plus des connaissances propres à sa technique, l'affûteur doit connaître les différents types de bois travaillés car ils ne réagissent pas de la même façon à la coupe. Il maîtrise également les différents types de coupes et tous les outils utilisés dans la scierie. Il est curieux des nouvelles techniques et se forme lorsqu'une nouvelle machine arrive.

En route vers l'autonomie

Avec l'expérience, ce technicien développe ses compétences et approfondit sa connaissance du fonctionnement des machines, ce qui lui permet de devenir progressivement totalement autonome. Capable d'évaluer les réparations à réaliser sur une machine et la durée de son intervention, il occupe un poste important au sein d'une scierie. Plusieurs contre-indications médicales limitent l'accès au métier : une déficience auditive, le diabète et l'asthme.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Autonome dans un atelier

À l'écart de l'atelier général de coupe et de production, l'affûteur dispose en général de son propre atelier. Dans les grandes structures, il se consacre uniquement à sa tâche d'affûteur. Si le parc de machines est important, il peut travailler en équipe, avec chacun sa spécialité : scies circulaires, couteaux, etc.

Un flux de travail

Les lames doivent être affûtées plusieurs fois par jour. Selon le cas, le travail sur une lame peut prendre de 20 à 60 minutes. Dans une scierie importante, si l'affûteur peut voir passer 20 à 30 scies circulaires dans la journée, son travail est rarement répétitif car il utilise différents outils, différents types de lames et met en oeuvre différentes réparations, etc.

Dans une atmosphère bruyante

L'atelier de l'affûteur est situé généralement à quelques mètres des machines, qui génèrent un haut niveau sonore. Aussi a-t-il à sa disposition un équipement adapté : casque antibruit, bouchons d'oreille, lunettes de protection, gants anticoupure et chaussures de sécurité. Le respect de la sécurité étant une priorité pour lui et ses coéquipiers.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

À partir du Smic.

Compte tenu du faible nombre de candidats pour un poste et du faible nombre de jeunes se formant à ce métier, le salaire est souvent supérieur au Smic.

Intégrer le marché du travail

Des places à prendre

Aujourd'hui, les scieries françaises profitent du regain d'intérêt pour le bois, notamment dans la construction. Cependant, le nombre de jeunes s'engageant dans les formations de la filière bois reste peu élevé. Résultat : les jeunes diplômés n'ont aucun mal à trouver un emploi, principalement dans les régions forestières (Landes, Franche-Comté, Vosges, Pyrénées), où se situe la majorité des scieries.

Chef d'équipe ou indépendant

Dans une grande scierie, un affûteur expérimenté pourra diriger l'équipe d'entretien. Après quelques années, il peut évoluer vers un poste de chef d'atelier, par exemple. Il peut aussi prendre la direction d'un atelier d'affûtage indépendant, avec son propre circuit de ramassage des lames auprès de clients utilisant des outils tranchants. Par exemple, dans la mécanique, l'imprimerie, etc.

Accès au métier

Accès au métier

Après la 3e
  • CAP mécanicien conducteur des scieries et des industries mécaniques du bois, option B mécanicien affûteur de sciage, tranchage, déroulage

En savoir plus

Ressources utiles

http://www.metiers-foret-bois.org

Site d'information pour découvrir les métiers de la forêt et du bois.

http://www.fnbois.com

Site d'information sur la filière bois.